Le courant est présent dans tous les câbles électriques et les appareils branchés sur le secteur. La plupart des matériaux de nos habitations sont conducteurs, bois, métal, plâtre, eau. Cet environnement électrique induit une tension variable en périphérie de notre corps qui, composé de 65 % d’eau, est un très bon conducteur. Notre corps perçoit ces tensions en manifestant des réactions musculaires. Ces tensions affectent les systèmes nerveux, endocrinien (production d’hormones) ou immunitaire.
Le mesure de la tension induite dans le corps permet donc de connaître le degré de pollution électromagnétique du lieu (chambre, bureau, salon, …). Le sommeil sera perturbé si le le lit est disposé dans une pièce fortement polluée. Des déséquilibres pourront apparaître à terme en fonction du temps d’exposition.

Le protocole de mesure de la tension induite dans le corps

Le conseiller mesure la tension induite dans le corps sur un individu dans un environnement de repos, généralement dans l’endroit où il passe le plus de temps. La personne, assise ou allongée (fauteuil, lit, …) , tient dans la main la sonde en laiton reliée à un multimètre. Celui-ci est paramétré en Volt alternatif (AC) et relié à la terre.
Il faut donc lire la valeur indiquée sur l’appareil pour connaître le niveau de pollution de l’environnement de repos. Les valeurs sont exprimées en millivolts (mV).

Les valeurs préconisées

Le tableau ci-dessous présente les valeurs en millivolt (mV) pour les emplacements de repos (lit, canapé, fauteuil, …). Pour les environnements de travail comme le bureau, on peut tolérer jusqu’à 0,5 volts de tension induite dans le corps.
Dans le cas de valeurs significatives, le conseiller en environnement électromagnétique indique quelles sont les solutions à mettre en oeuvre pour les limiter et propose des solutions.

VALEURS PRÉCONISÉES SELON LA BIOLOGIE DE L’HABITAT MAES/SBM 2015
(ORGANISME ALLEMAND)
Valeurs indicatives en Baubiologie pour les zones de repos

Les solutions

Il existe des solutions qui permettent de réduire la tension induite dans le corps. L’observation du lieu permet de déterminer quels sont les objets “pollueurs”. Par exemple dans une chambre, le radio réveil à côté de la tête de lit, la lampe de chevet, … De plus, la disposition du lit peut être dommageable.
Le conseiller en environnement, après l’analyse et le relevé de mesures, établit son diagnostic et préconise une réaménagement des pièces.